BREST HISTORIQUE !

Pour la première fois de son histoire, le Stade Brestois vient de se qualifier pour la prochaine coupe d’Europe. Alors que la Bretagne attendait Rennes pour rayonner sur la scène continentale, ce sont les pirates qui ont déjoué tous les pronostics. Le SB29 entre dans l’histoire du football français… Et par la très grande porte.

Il ne manquait qu’un point… Un tout petit point à prendre contre le voisin rennais dans le derby breton, pour valider un ticket européen. Et on peut dire que l’on a pas été déçu. Dans un match qui nous aura offert un spectacle de haute volée, Brest s’impose (5-4) et entre dans l’histoire. 9 buts, une formidable publicité pour une Ligue 1 qui cherche à vendre ses droits. Eric Roy était là pour assurer le maintien. Il a propulsé la fusée bretonne au-delà de toutes les attentes. La fin de championnat déterminera si c’est la prestigieuse Ligue des Champions qui attend les Brestois, ou sa petite sœur. Mais peu importe, l’essentiel est ailleurs. Le SB29 aura le droit à ses joutes en milieu de semaine, à Francis le Blé ou ailleurs, la décision n’est pas encore prise. L’UEFA n’autorisera pas plus de 5000 spectateurs à la maison, normes de sécurité de cette vieillissante enceinte oblige. L’ivresse ambiante est une belle drogue mais réussir c’est aussi anticiper, pour ne pas connaître la chute d’une équipe qui n’est pas programmée pour ce genre de scénario. Le mercato estival sera d’une importance folle. Il faut se renforcer pour jouer sur tous les tableaux. Et prendre en compte que certains cadres qui ont brillé cette année pourraient avoir des envies d’ailleurs, de gloire et d’argent. Pierre Lees Melou, Romain Del Castillo et d’autres seront l’objet de convoitises dans quelques semaines. Attention de bien garder les pieds sur terre et structurer les bases d’une saison qui n’aura rien de normale dans la ville bretonne. Les exemples de montagnes russes sportives sont bien trop nombreux pour prendre tout ça à la légère. Mais chaque chose en son temps. Que Brest savoure, cette saison n’a qu’un seul adjectif : Historique !

LE BAL DES PLEUREUSES

Vous le savez, en France, nombre de commentateurs médiatiques de notre Ligue 1 ne peuvent pas simplement se réjouir de cette belle histoire. Non, il faut cracher son venin, dénigrer l’exploit parce qu’il ne correspond pas aux standards attendus. Avec, souvent, pour ne pas dire toujours, des arguments dignes de Jean Claude, pilier de bar PMU, aussi inspiré en analyse foot que moi en couture, c’est vous dire le fiasco. Alors je le dis haut et fort, vous me gonflez, me fatiguez, simplement vous me les brisez. Ne pourrait-on pas se contenter de trouver formidable que cette bande de potes, qui sont pour la plupart des footballeurs modestes, aient le droit eux aussi à leur part de rêve ? Un rêve qui se nomme coupe d’Europe et qu’ils n’ont volé à personne. Qu’ils ont acquis de hautes luttes sur toutes les pelouses de Ligue 1. Bien sûr que le classement est une anomalie et qu’on pouvait espérer que Marseille, Rennes, Lyon ou Lens soient sur le podium. C’est bien sûr plus en adéquation avec la réalité sportive. Mais je voudrais que ceux qui nous expliquent que Brest est une catastrophe pour l’image du foot français et son indice UEFA, fassent l’effort de se pencher sur les raisons qui ont conduit l’OM et les autres à être incapables de faire aussi bien. Il est plus aisé de se moquer, critiquer gratuitement, que de proposer une vraie analyse en miroir des contres performances de certains cadors. Tout le monde n’est pas équipé pour ça… Et comme aime à me répéter un ami journaliste dont je tairais le nom, dans un monde où s’entremêle Covid, guerre, tensions ou fin de mois difficiles pour les gens, un peu de légèreté ne peut faire que du bien. Alors oui je le dis, Brest fait du bien au football, n’en déplaise aux aigris et pisse froids. Brest fait du bien à la morale de l’histoire, qui veut trop souvent nous faire croire que l’argent gagne toujours dans le monde du ballon rond. Bravo et merci. Bon vent en Europe amis pirates !!

Retour en haut