AUTRICHE FRANCE

Les hommes de Didier Deschamps entreront en lice lundi à 21h avec un premier match face à l’Autriche. Il faudra vite trouver des garanties et des satisfactions pour les Bleus, face à une sélection autrichienne solide, qui n’a perdu qu’un seul de ses 16 derniers matchs.

Les deux matchs de préparation de l’équipe de France ne se sont pas montrés extrêmement rassurant ni convaincant. Si les incertitudes étaient déjà nombreuses, comme on a pu le voir la semaine dernière, le doute est toujours bel et bien présent.

MARCUS THURAM TITULAIRE EN POINTE

Attaquant le plus utilisé par Didier Deschamps lors des deux matchs de préparation face au Luxembourg puis face au Canada, Marcus Thuram devrait débuter aux côtés de Kylian Mbappé et Ousmane Dembélé lundi soir. Un choix qui interroge et qui témoigne d’une certaine faiblesse dans ce secteur de jeu pour les Bleus. Auteur de 2 tirs en 155 minutes face au Luxembourg et au Canada, autant dire que c’est pauvre, surtout quand il perd en plus de ça presque 22% des ballons touchés… Nous sommes dans une situation où le sélectionneur de l’équipe de France est obligé de choisir son numéro 9 par défaut, la faute certes à un déficit de qualité à ce poste, mais également à des choix encore et toujours particuliers. À l’instant T, DD a choisi de laisser un joueur comme Lacazette à la maison, qui évolue pourtant à un excellent niveau à ce poste depuis son retour à Lyon, pour faire jouer Marcus Thuram, dont le profil ne convient pas au schéma de jeu mis en place…

KANTÉ ET FOFANA AU MILIEU…

Si la titularisation de Marcus Thuram pose question, ce milieu de terrain lui, est le signe d’une équipe en fin de cycle. Qu’il semble loin le trio Kanté – Pogba – Matuidi (ou Griezmann), qui apportait tout un tas de garanties et de certitudes… Aujourd’hui, Deschamps s’apprête, selon le Parisien, à mettre en place un duo Kanté – Fofana derrière Grizou. Il y a encore quelques semaines, la présence de Kanté dans le groupe n’était même pas un débat. Pour un joueur parti s’exiler et se remplir les poches en pré-retraite, dans un championnat d’un niveau catastrophique. Et puis en l’espace de quelques jours, il est passé de remplaçant d’expérience, à titulaire indiscutable aux côtés de Youssouf Fofana, qui n’avait jamais été plus qu’un remplaçant avec une palette technique limitée… Dans une sélection aussi importante que l’équipe de France, cela démontre une seule chose, Didier Deschamps a peut-être créé un groupe, mais absolument pas une équipe. Il y a simplement 9 joueurs qui accompagnent Mbappé et Grizou, sans qui les Bleus ne sont rien de plus qu’une équipe moyenne sans fond de jeu. En attendant, les retours de blessures de Tchouameni et Rabiot sont attendus de pied ferme par le sélectionneur : “Aurélien, on savait, tout se passe bien. Il devrait revenir en séance collective autour du 14 juin (vendredi). C’est prévu comme ça. Adrien, c’est totalement différent. Avec un problème au niveau du mollet, les sensations n’étaient pas bonnes. Il est rassuré et lui, il sera en séance mercredi en Allemagne.” s’est-il exprimé après le match face au Canada. Des blessures qui, il faut l’avouer, n’aident pas Didier Deschamps et ne lui permettent pas de s’appuyer sur une base solide.

L’AUTRICHE, UN ADVERSAIRE EN CONFIANCE

Dans ce groupe D, l’Autriche peut faire office de trouble-fête. Emmenée par Ralf Rangnick, cette sélection autrichienne peut s’appuyer sur des joueurs d’expérience à tous les niveaux. Si l’absence de David Alaba est évidemment regrettable, elle ne les a pas empêché de rester presque invaincus depuis bientôt deux ans (défaite 3-2 face à la Belgique). On retrouve notamment le lensois Kevin Danso, Konrad Laimer, Marcel Sabitzer, Marko Arnautovic ou encore Christoph Baumgartner. Le joueur de Leipzig est en feu avec sa sélection depuis plusieurs mois et comptabilise 5 buts et 2 passes décisives sur les 6 dernières sorties. Avec un bloc assez haut sur le terrain, c’est une formation qui n’hésite pas à venir mettre la pression sur les premières relances adverses pour profiter des espaces en contre. Baumgartner, dans sa position de numéro 10, peut amener le danger par le but mais aussi par la passe avec des Autrichiens qui se projettent en nombre vers l’avant. Il faudra donc être vigilants pour nos Bleus, qui auront des espaces à exploiter en transition. En espérant que Kylian Mbappé soit bel et bien à 100% de ses capacités physiques. Deschamps quant à lui, devra à nouveau prouver que malgré tout ce qu’on a vu précédemment, il est capable d’emmener cette équipe de France vers une potentielle victoire finale…

Retour en haut